Communiqué à la presse

mardi 12 décembre 2017

 Sochaux, le 8 décembre 2017

 

 

Les délégués de la CGT d’Adecco sont venus à la rencontre des intérimaires de l’usine PSA de Sochaux qui compte près de 2700 ouvriers intérimaires en production.

 

Ils ont notamment discuté des conditions de travail à l’usine, des erreurs récurrentes sur les salaires, mais aussi des attaques du patronat contre l’ensemble du monde du travail avec les ordonnances Macron qui visent, entres autres, à aggraver encore plus la précarité des emplois.

 

A PSA Sochaux, la majorité des ouvriers de fabrication sont intérimaires et plus nombreux que l’effectif ouvrier en CDI, autrement dit, sans les intérimaires la production de l’usine est paralysée !

 

Aux portières de l’usine, les intérimaires dénoncent le non-respect des promesses, les pressions pour ne pas déclarer les accidents du travail, les convocations en agence pour les « inciter fortement » à rompre d’eux-mêmes, leur contrat « d’un commun accord » dès qu’ils ont un accident du travail avec des problèmes de santé importants, etc.  

 

Pour la CGT Adecco, ça suffit !

 

Pour faire face aux attaques des agences et des entreprises utilisatrices, nous les intérimaires, nous avons des armes à notre portée :

 

$1àNe pas rester seuls en s’organisant pour la défense de nos droits, avec la CGT !

 

$1àExprimer que nous sommes pour la défense de nos intérêts et de nos droits en utilisant notre bulletin de vote aux élections professionnelles, c’est le message le plus clair que nous puissions donner contre la politique des agences d’Adecco !

manif-loi-travail-Lyon-12-septembre-banderole-tete

 

 

 

Pour contact

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publié le mardi 12 décembre 2017

LA GREVE EST UN DROIT FONDAMENTAL DES SALARIÉS, AYANT VALEUR CONSTITUTIONNELLE, ET BIEN PAS TOUJOURS POUR LES INTÉRIMAIRES !!!!!

lundi 4 décembre 2017

 

Lorsqu’Elisabeth*(le prénom a été changé-et n’y voir aucun lien de malice avec notre responsable des relations sociales) notre intérimaire en CDI attaque sa mission chez un grand assureur international (en trois lettres);

                                                            

   Tout se passe bien!

       

    Tout le monde est content!

 

Lorsqu’Elisabeth souhaite répondre au dernier appel à la grève pour lutter contre les ordonnances MACRON – loi travail XXL- en se déclarant dans les formes et dans les règles "gréviste", le temps se gâte !!manif-loi-travail-Lyon-12-septembre-banderole-tete

                              

 Après une bonne journée de travail satisfaisante pour tous, un mail innocent est reçu par Elisabeth lui signifiant que ce n’est pas la peine de revenir.

Explication officielle (après quelques échanges croquignolesques avec l’agence) le client pensait qu’il y avait une période d’essai !!! (Ce qui n’existe pas sur les lettres de mission des CDI I)

 

Et c’est vrai que lorsqu’une mission se passe parfaitement bien, il est d’usage d’interrompre le contrat c’est tellement mieux !

Explication réelle, lorsqu’un CDI-I c’est-à-dire un intérimaire entend utiliser ses droits fondamentaux celui de faire grève. C’est la guerre !

                                       

  Intérimaire/CDI-I = zone de non droit !

 

Et bien NON, les intérimaires, les CDI-I existent, sont des salariés ADECCO (ça ce n’est pas automatique !) et ont des droits et ils entendent les faire respecter. Et la CGT ADECCO sera toujours à leurs côtés dans ce combat.

Pour information, Elisabeth est en mission, ça se passe très bien et il est certain qu’elle se déclarera à nouveau gréviste dans le futur.

           

NE RESTEZ PAS ISOLÉ FAITES RESPECTER VOS DROITS AVEC LA CGT ADECCO   

     SYNDIQUEZ VOUS !      

                                                                                                       

                                                                                 MAINTENANT !                                                                                                            

Publié le lundi 4 décembre 2017

Adecco France

mardi 12 septembre 2017

 

 5661 default home block category

Adecco France, Adecco généraliste, Adecco outsourcing, ML, PME, Onsite, Hubsite et PCP, ouf !!

            Sont heureux de vous annoncer la naissance prochaine de leur petit frère : UCEL !

UCEL aura pour objectif de regrouper sous forme d’agence (cela reste à définir) des CDI Intérimaires, de les former aux métiers de la logistique et de les déléguer auprès des entreprises à la manière d’un Groupement d’Employeur Logistique.

Pour rappel les Pôles de Compétences Partagées, le frère cadet a pour fonction de déléguer déjà des CDI Intérimaires auprès d’un (idéalement) ou plusieurs clients.

                                                Qu’est-ce que cela va changer ?

Dans un premier temps pas grand-chose pour les agences, les objectifs de recrutement en terme de CDI I resteront les mêmes (on ne va pas quand même se priver d’un système hyper rentable)

                                                                  Mais :

Sur un bassin d’emploi pas toujours extensible à l’envie en terme d’entreprise et de salariés à déléguer, ce nouveau dépeçage des agences pose question.

Quid du devenir des agences, Quid du segment occupé par les agences (TPE ?) Quid des salarié(e)(s) (sureffectif ?) ? Quid de la part variable ? (UCEL étant de fait appelé à rejoindre la famille Adams/Adecco pour toujours plus de transparence !)

Malheureusement nos petits camarades des autres organisations syndicales qui en débattent jusqu’à plus soif en Comité Central d’entreprise ne semblent pas avoir pris la mesure des impacts de ces développements.

La solution, venir en parler, venir nous questionner, avec la CGT Adecco ( Géraldine au 06.11.30.42.17, Laetitia au 07.83.77.72.49)

Et nous rejoindre pour ne pas subir l’Adecco de demain mais le construire pour plus de progrès social.

Enfin PCP est aussi et surtout un psychotrope hallucinogène, y voir un rapport de cause à effet est une mauvaise pensée !!!!

Publié le mardi 12 septembre 2017

Intérimaires en grève chez PSA Rennes

vendredi 20 octobre 2017

psa rennes 2Ce matin, une soixantaine de salariés intérimaires en mission sur le site PSA à La Jaunais (RENNES) ont débrayé pour dénoncer les conditions dans lesquelles ils sont employés.

Arrivés par centaines sur ce site pour le compte des sociétés d'intérim ADECCO, MANPOWER et SYNERGIE, ils n’ont toujours pas reçu une partie des tenues de travail réglementaires et celles existantes, ne sont que rarement lavées. De plus, la carte de pointage fonctionne très mal et le paiement de toutes les heures travaillées n'est pas respecté.

PSA, ADECCO, MANPOWER et SYNERGIE, se défaussent de leurs obligations!

Les salariés intérimaires ont raison d'exiger le respect et de revendiquer une augmentation des salaires.
Les délégués CGT du site PSA, les délégués de la CGT Intérim, sont aux côtés des salariés.

Que ce soit pour améliorer le salaire ou pour les conditions de travail, une seule solution:

la mobilisation de TOUTES ET TOUS, CDI COMME INTERIMAIRES !

NOTRE FORCE EST COLLECTIVE !

Publié le vendredi 20 octobre 2017

AVEC MACRON ET SA LOI TRAVAIL XXL C’EST EN MARCHE VERS LA GALERE ET LA MISERE

lundi 11 septembre 2017

Avec le contrat de « chantier/opération »,
c'est la disparition des indemnités de fin de mission !
Le patronat l'a demandé, MACRON l'a fait !


Pour un grand nombre d'entre vous, le contrat d'intérim ne sera pas renouvelé en tant que tel et vous basculerez dans un nouveau contrat ultraprécaire appelé «CDI de chantier/d'opération», ce qui entraînera la disparition des indemnités de fin de mission et de congés payés, la disparition totale des droits sociaux de branche acquis dans l'intérim (activités Comité d'entreprise, droit à la formation professionnelle rémunérée, protection sociale en cas d'arrêt maladie/accident du travail,...).
Pôle emploi fera pression sur vous pour vous faire accepter ces «CDI de chantier/d'opération» sous peine de vous faire radier en cas de refus
Vous serez obliger d'accepter tout et n'importe quoi, payés au SMIC et avec des conditions de travail et de déplacement encore plus pénibles et dangereuses !


Le « CDI de chantier/d'opération » c'est l'antichambre de l'esclavage !


Partout en France, soyons des milliers à faire grève et à manifester contre cette loi travail XXL et pour une société plus juste, égalitaire et solidaire.

 

Demain il sera trop tard ! Il faut être positif, il n'est jamais trop tard!


La grève, droit constitutionnel, est l'arme des salariés pour faire plier ce gouvernement qui est au service du patronat. C'est pourquoi la CGT appelle à des grèves fortes et reconductibles impactant l'économie et les profits patronaux : allons-y puisqu'ils ne comprennent que ce langage !

 

Vous voulez faire grève ? Voilà la marche à suivre :

Salarié-es intérimaires:

Si vous décidez de faire grève, informez les délégués CGT de l’entreprise dans laquelle vous êtes en mission ainsi que la CGT Intérim 01 55 82 89 80  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Indiquez clairement votre nom, prénom, adresse mail et téléphone, agence et entreprise où vous êtes en mission. Des délégués CGT Intérim prendront contact avec vous.

Doublez cette information en avisant par courrier, fax ou mail l’inspection du travail à laquelle l’agence d’intérim est rattachée (ses coordonnées sont obligatoirement inscrites sur le panneau d’affichage de l’agence). Conservez une copie.

STOPPER LA PRÉCARITÉ C’EST POSSIBLE. LA CGT INTERIM PROPOSE :

$1·         L’embauche en CDI ;

$1·         sur-taxation des contrats courts pour lutter contre l’inflation des contrats courts;

L’augmentation des IFM

$1·         Sécuriser le travailleur intérimaire qui souhaite rester en intérim, en remplaçant les contrats de mission de courte durée par des contrats de longue durée. La Sécurité Sociale professionnelle : le travailleurs est disponible pour travailler, il doit être rémunéré !

$1·         pas de rémunération en dessous d’un Smic à 1 800 € brut avec la reconnaissance des qualifications dans les grilles de salaires des entreprises utilisatrices;

$1·         reclassement du salarié intérimaire à la fin d’une mission sur un poste laissé disponible dans l’entreprise utilisatrice à la suite du départ d’un salarié parti à la retraite, afin de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes; 

La CGT de l’Intérim appelle les travailleurs intérimaires à la mobilisation

Publié le lundi 11 septembre 2017

NON,NON ET NON !!!

lundi 28 août 2017

images 7

 

Pour se mettre dans les petits papiers du gouvernement actuel, la Direction d'ADECCO a décidé de se proposer comme entreprise « test » pour le déploiement du système d'impot à la source.

 

Mais comme chez ADECCO on ne fait rien à moitié, unilatéralement la Direction va expérimenter ce système UNIQUEMENT sur les salarié(e)(s) INTÉRIMAIRES et CDI Intérimaires (intérimaires dans les faits).

 

Quand on sait, que par manque de moyens techniques et humains, ADECCO n'est pas foutu de réaliser une feuille de paye intérimaires ou CDI Intérimaires correctement ou sans erreurs.

 

Quand on sait, pourquoi s'embêter à respecter la loi, que la feuille de paye INTÉRIMAIRES dépend de conditions salariales imposées par des entreprises utilisatrices toutes différentes, au diable les vérifications et l'égalité de traitement.

 

NON, NON et NON Nous ne voulons pas être les victimes de ce bazar Annoncé !

 

Qui va se retrouver seul, face à des feuilles de payes illisibles ? Qui va se retrouver seul, face à l'administration fiscale ? NOUS AUTRES INTÉRIMAIRES !!

 

Et ce n'est pas les commentaires (traduction) ou l'argumentaire de vente de la Direction sur le sujet qui vont nous rassurer :
« Leurs payes sont compliquées, mais ils ne comprennent rien, si ça marche pour eux, on peut y aller pour tous ».
Tout comme l'inaction, ainsi qu'a l'habitude, des autres organisations syndicales qui se moquent comme d'une guigne des intérimaires.

 

La CGT ADECCO ne laissera pas passer!

 

En attendant, nous invitons fortement, la Direction à émettre des feuilles de payes correctes!

 

Et pour éclairer la réflexion de nos dirigeants :
NOUS DEMANDONS À L'ENSEMBLE DES SALARIÉ(E)(S) INTÉRIMAIRES TOUT LES MATINS AVANT D'ALLER EN MISSION TOUT LES SOIRS EN RENTRANT DE LEUR JOURNÉES DE TRAVAIL,


D'ENVOYER UN PETIT MAIL À NOTRE PDG :

 

JE NE SUIS PAS UN COBAYE, TOUCHE PAS À MA PAYE!
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

images 9

 

 

 

 

Publié le lundi 28 août 2017

Déclaration du Syndicat CGT Adecco

vendredi 30 juin 2017

Bien que le sujet de la rémunération fixe et variable des salarié(e)(s) dit permanents soit ; par son indigence récurrente, sa complexité et sa remise en cause permanente ; un problème criant et urgent. En un mot inacceptable.

 

Nous ne pouvons accepter qu'une fois de plus et une fois de trop la Direction d'Adecco, en restant poli, ignore superbement ses 150.000 salarié(e)(s) intérimaires.

 

Il est tout aussi inacceptable pour les salarié(e)(s) intérimaires de n'avoir aucune prise en compte du parcours professionnel, de l'ancienneté ainsi que des augmentations de salaire légales et conventionnelles de la qualification et branche de référence.

 

Ce d'autant que la Direction d'Adecco sous des prétextes fallacieux, au travers de ses représentants du personnel selon qu'ils soient ou permanents ou intérimaires instaure une inégalité de traitement totalement illégale et discriminante.

 

Aussi sans l'engagement immédiat de la Direction d'une part :
De se conformer aux principes d'égalité de traitement pour ses représentants du personnel dans le cadre de l'application des lois dite « Rebsamen », et de l'ouverture d'une négociation sérieuse et loyale sur les sujets des parcours professionnels et de l'ancienneté des salarié(e)(s) intérimaires.

 

Nous ne saurions par notre présence cautionner plus avant ce simulacre de dialogue social vicié et cette négation inacceptable des 150.000 salarié(e)(s) intérimaires Adecco.

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          Le Syndicat CGT Adecco.

Publié le mardi 27 juin 2017

Faire barrage à l’extrême droite et lutter pour le progrès social et la démocratie

mardi 2 mai 2017

Déclaration de la Commission exécutive confédérale

mardi 25 avril 2017

Les résultats du premier tour des élections présidentielles françaises confirment les risques pour la démocratie, les droits des salariés et des citoyens.

Ils sont les résultats des politiques libérales, des lois régressives, des remises en cause des droits, comme des renoncements des gouvernements successifs à œuvrer véritablement pour la justice sociale et la réponse aux besoins sociaux et environnementaux. Pour autant, depuis des mois, de nombreux salariés et citoyens contestent ces choix, s’opposent aux mauvais coups, tels la loi travail et la loi Macron et se mobilisent avec leurs organisations syndicales, notamment la CGT.

 

Pour la deuxième fois dans le pays, sous la Vème République, une candidature d’extrême droite, représentée par le front national, sera présente au second tour des élections présidentielles. C’est un danger pour la démocratie, la cohésion sociale et le monde du travail. Les gouvernements, qui depuis 2002 se sont succédés sans jamais répondre aux aspirations légitimes à plus de justice sociale, sans ouvrir de perspectives d’avenir meilleur, en portent une lourde responsabilité !

 

La CGT ne se résoudra jamais à accepter un tel scénario. Elle affirme que les salariés doivent, plus nombreux et plus fort, exprimer leurs attentes et leurs exigences revendicatives, faire grandir des mobilisations convergentes capables d’imposer un rapport de force pour gagner de nouveaux droits. Seul le progrès social favorise les solidarités, participe à combattre l’exclusion, les stigmatisations, les mises en concurrence.

L’utilisation des peurs, du terrorisme, les amalgames éhontés entendus lors de la campagne, la xénophobie, le racisme, le sexisme et l’homophobie, la préférence nationale ne résoudront pas les inégalités, le chômage et les bas salaires. 


La CGT les combat et les combattra sans relâche ! Elle n’aura de cesse de faire barrage à l’extrême droite ! Pas une voix ne doit se porter sur sa candidate !

L’autoritarisme des gouvernements successifs, les engagements non tenus ou les reniements, le renoncement à une Europe sociale, les dénis de démocratie, l’utilisation à répétition du 49.3 et les politiques menées ont cultivé la désespérance et le fatalisme d’une partie de la population. Cela est renforcé par la casse de l’industrie et des services publics, la montée du chômage et de la précarité, l’abandon des zones rurales et périurbaines.

La CGT ne croit pas en l’Homme providentiel et c’est la raison pour laquelle, elle revendique une véritable démocratie et de véritables droits d’expression et d’intervention dans toutes les entreprises et les services. Elle propose des alternatives sociales comme, par exemple, l’augmentation des salaires, des pensions et minima sociaux, les 32 heures pour travailler toutes et tous, travailler mieux et moins.

 

La CGT appelle l’ensemble des salariés et des organisations syndicales à faire du 1er mai une journée de mobilisation, de lutte et d’expression revendicative exceptionnelle, une journée de rassemblement pour les droits des travailleurs, le progrès social, la liberté, l’égalité, la justice, la fraternité, la paix, la démocratie et la solidarité internationale.

 

Montreuil, le 25 avril 2017

Publié le mardi 2 mai 2017

CET INTÉRIMAIRES, ATTENTION DANGER!

mardi 7 février 2017

En ce début d'année, notre très chère Direction fait le tour des popotes dans les régions, pour remobiliser (si cela est encore possible) le réseau des salarié(e)(s) permanents.
Dans ces réunions « kick off » (plus simplement grande messe d'auto satisfaction et mobilisation des troupes sur les objectifs de l'année). Un message bien particulier est diffusé :

Faites signer des CET aux intérimaires, faites-leur déposer leur IFM dessus, c'est un moyen simple (sic !) pratique et rapide d'augmenter votre part variable donc votre salaire !!!!

                                                                                                                         

                                                                                 ATTENTION!

 

36818235-Enl-vement-humaine-membre-d-un-gang-menace-homme-kidnapp-en-pointant-pistolet-sur-sa-t-te--Banque-dimagesSalarié(e)(s) INTERIMAIRES, la souscription d'un CET est et reste une POSSIBILITE, en aucun cas on ne doit extorquer votre signature en catimini entre deux contrats, en aucun cas votre signature ne doit être la contrepartie d'une proposition de mission. Signer ou pas un CET est VOTRE choix. Faites-nous immédiatement remonter tout problème la CGT sera à vos côtés.

Salarié(e)(s) PERMANENTS, ne soyez pas dupe de la manœuvre de la Direction, qui s'exonère à bon compte de se pencher réellement sur vos rémunérations en vous poussant à des manœuvres qui pourraient vite devenir conflictuelles. Il n'est interdit de penser que vous pourriez même avoir des objectifs à remplir sur ce sujet. Faites-nous remonter toutes les pressions managériales, la CGT sera à vos côtés.

 

La CGT lors de la dernière négociation du CET avait déjà pointé les possibles dérives qu'aujourd'hui la Direction dans son discours rend quasi certaines. Le procédé est inadmissible la CGT sera extrêmement vigilante sur tous débordements quels qu'ils soient.

 

 

 

Enfin message à notre Direction : WE ARE le progrès social, WE ARE la CGT.

Publié le lundi 6 février 2017

A L’INITIATIVE DE LA CGT, LE PATRON D’ADECCO NORD EN CORRECTIONNELLE

vendredi 23 décembre 2016

Les derniers bilans chiffrés des accidents du travail dans l’intérim sont catastrophiques. C’est une véritable hécatombe avec plus de 40.000 victimes d’accidents graves et 64 décès sur-ordonnance

 
 

(année 2014). Les patrons se croient intouchables et agissent en totale impunité, dans un déni complet des droits fondamentaux des salariés.

 Ainsi en 2013 chez ADECCO dans la région nord, dans le même mois 2 intérimaires perdaient la vie en mission. Aussitôt la CGT via les membres du CHSCT a voulu déclencher et mener une enquête, afin d’établir les circonstances des drames et pointer les responsabilités de chacun.

Seulement Mr Pierre LOMBARD, patron d’ADECCO Nord, a usé et pesé de tout son poids hiérarchique pour essayer d’entraver l’enquête de nos camarades du CHSCT. Sans doute que pour lui le décès d’intérimaires est un motif de fin de mission comme un autre et que les seuls droits qu’il accorde aux intérimaires c’est bosser et se taire. Intérimaires = sous salariés.

Non Pierre LOMBARD, vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez. En France ne vous en déplaise il y a encore la CGT pour faire respecter les droits des salarié(e)(s). Aussi avec le concours de l’inspection du travail, la CGT s’est constituée partie civile et vous a poursuivi pour qu’enfin, ce vendredi 16 décembre, vous passiez en jugement devant le tribunal correctionnel de Lille en qualité de prévenu.

article tribunalSeule la CGT était mobilisée, ce jour avec plus de 50 intérimaires pour vous accueillir à la porte du tribunal. Il ne fait pas de doute que l’ensemble des autres organisations syndicales devaient être trop occupées, un vendredi, à Lille pour justifier de leur absence et que la mort d’intérimaires en mission ne soit pas une priorité.

Que vous étiez bien seul sur le banc des prévenus ! Que vous aviez l’air d’un petit garçon, les mains dans le dos en répondant timidement et maladroitement aux questions des magistrats. Nous ne commenterons à l’instant pas plus mais attendons avec impatience le verdict.

C’est une première, mais sans doute pas la dernière fois qu’un patron chez ADECCO se trouvera face à un tribunal en qualité de prévenu. A chaque fois que la loi, les droits des salarié(e)(s) seront bafoués, la CGT AGIRA. Car jamais vous n’arriverez, même avec la complicité des autres organisations syndicales' à nous faire taire.

Les intérimaires c’est 98% de l’effectif chez ADECCO il serait plus que temps et bon de vous en souvenir. Il est hors de question de gagner notre vie en la perdant.

La CGT est le seul syndicat des intérimaires, il ne suffit plus aujourd’hui d’être en colère et de s’indigner, il faut vous engager!

REJOIGNEZ-NOUS, ENSEMBLE NOUS SERONS PLUS FORT, NOUS LES FERONS PLIER ET ILS NOUS RESPECTERONT!

Publié le vendredi 23 décembre 2016

LES INTERIMAIRES ADECCO NE SONT PAS DES SOUS-SALARIES

lundi 7 novembre 2016

 

site

                                                                                                     Vous êtes en colère ?

                                                                   Exprimez‐vous en répondant à ce sondage (moins d'1 mn).

                                                                                   https://www.sondageonline.fr/s/58b4c59

Publié le lundi 7 novembre 2016

LETTRE COMMENTEE A MR CATOIR PDG D’ADECCO France

lundi 7 novembre 2016

1

Publié le lundi 7 novembre 2016

MUTUELLE : STOP À L’AMATEURISME DE SIACI STOP AU RACKET D’AG2R

samedi 23 avril 2016

STOP À L’AMATEURSME DE SIACI

 

STOP AU RACKET D’AG2R

 

Depuis le 1er janvier 2016, le régime de complémentaire santé est devenu obligatoire pour les salariés, intérimaires, et optionnels pour leurs ayant-droit. Le salarié intérimaire qui a plus de 414H d’ancienneté dans la branche cotise et est affilié au régime obligatoire. Il peut s’il remplit certaines conditions être dispensé d’affiliation.

 

Depuis plusieurs semaines, vous êtes très nombreux à nous faire part des problèmes que vous rencontrez avec le fonctionnement de la nouvelle mutuelle obligatoire INTÉRIMAIRES SANTÉ.

 

Ces dysfonctionnements sont lourds de conséquences pour des milliers de salariés intérimaires qui ne peuvent plus se soigner correctement.

Publié le samedi 23 avril 2016

Lire la suite 

la cgt en soutien aux ex-intérimaires Sanofi

lundi 26 octobre 2015

 

Publié le lundi 26 octobre 2015

Le FAF TT pour répondre à votre besoin en formation

jeudi 22 octobre 2015

Vous êtes intérimaire et vous avez un projet professionnel ?

Inscrivez-vous à une des réunions d'informations pour découvrir le conseil en évolution professionnelle et le compte personnel de formation et ainsi faciliter la réussite de votre projet professionnel !

le FAF TT vous propose plusieurs réunions d'information en novembre et décembre dans différentes villes.

Au programme de ces réunions :
Le compte personnel de formation : Qu'est-ce que le CPF ? Quelles sont les formations éligibles au CPF ? Comment utiliser son CPF ?
Le conseil en évolution professionnelle : Qu'est-ce que le CEP ? Qui peut bénéficier d'un CEP ? Quels sont les objectifs du CEP ?

Pour vous inscrire, rien de plus simple ! Rendez-vous sur le site de votre région pour prendre connaissance des dates proposées et du contact.

Pour le Nord Pas de Calais par exemple, envoyez un mail à Babeth Pryen (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - 03 59 81 17 23) en précisant la date de la réunion à laquelle vous souhaitez assister. Le lieu de la réunion vous sera envoyé par mail.

Publié le jeudi 22 octobre 2015

La CGT Adecco avec les permanents

mardi 20 octobre 2015

Publié le mardi 20 octobre 2015

Le bulletin des salariés d'Adecco

jeudi 15 octobre 2015

               

 

ZOOM                                                                                                      ZOOM                    Page 1   -  page 2

 

Publié le jeudi 15 octobre 2015

licenciement pour inaptitude

mercredi 14 octobre 2015

Vous nous avez sollicité sur le sujet, la CGT vous apporte réponse...

 

Publié le mercredi 14 octobre 2015

Lire la suite 

le 8 octobre, mobilisons-nous

jeudi 8 octobre 2015

Publié le jeudi 8 octobre 2015

Intérimaire concerné par la pénibilité

mercredi 14 octobre 2015

Rappelons la situation avant la loi Rebsamen
L'article L 4161-1 du code du travail, étant présent dans la partie « Fiche de prévention des expositions ».

Publié le mercredi 14 octobre 2015

Lire la suite 

Formation pour intérimaire

jeudi 8 octobre 2015

Se former, c'est possible même en intérim (CIF)
Vous êtes intérimaire et avez un projet professionnel bien défini ? Vous avez besoin de vous former ? Pensez au CIF. Congés Individuel de Formation. Il vous faut 1600 h d'ancienneté d'intérim au cours des 18 derniers mois dont 600H chez Adecco. Vous pouvez bénéficier d'une formation comprise entre 70h minimum et 1 an maximum. La formation est alors rémunérée par adecco et prise en charge par le FAF TT.
Découvrez la démarche à suivre 
Si vous souhaitez changer de métier, d'orientation mais ne savez pas vraiment vers quoi vous orienter, vous pouvez au préalable réaliser un bilan de compétences. Des tests et entretien avec un professionnel vous permettront de mieux vous connaître et cibler le métier en fonction de vos compétences et aspirations. Il vous conseillera aussi sur les métiers « porteurs », là où il y a du débouché et non vers une voie sans issue.
Découvrez la démarche à suivre 

Publié le jeudi 8 octobre 2015

Actu Adecco

vendredi 9 octobre 2015

CARRE DE SOIE
Pose de la première pierre en présence de Christophe CATOIR, notre nouveau président...de nouvelles conditions de travail plus décentes en perspective ?
la presse en parle

 

 

Publié le vendredi 9 octobre 2015

Lire la suite 

La CGT, la voix du progrès social

mercredi 7 octobre 2015

Publié le mercredi 7 octobre 2015

L'instance de coordination des CHSCT renforcée ?

vendredi 2 octobre 2015

Souvenez-vous, la CGT adecco avait communiqué à l'époque sur le sujet, Adecco a mis en place, en décembre 2014 une instance de coordination de CHSCT.
Un supra CHSCT national qui est convoqué en cas de réorganisation concernant toutes les structures adecco de la France entière...A ce jour, il n'a pas été convoqué...tant mieux car cela ne présagerait pas de bonnes choses, selon nous.
Rebsamen est aussi passé par là cet été...Les principales missions de ce « supra »CHSCT viennent d'être renforcées par la Loi Rebsamen du 17 août 2015 qui a également quelque peu modifié les modalités de son fonctionnement.                         Pour en savoir plus

Publié le vendredi 2 octobre 2015

Mobilisation nationale du 8 octobre

vendredi 2 octobre 2015

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES et les syndicats étudiants UNL et UNEF, condamnent les lois Macron et Rebsamen ainsi que le pacte de responsabilité et appellent le 8 octobre à la mobilisation pour défendre le Code du travail.
Le 8 octobre, l'Union Syndicale de l'Intérim CGT sera présente dans le cortège parisien et vous donne rendez-vous dès 13h30, place de la République à PARIS, Bd Voltaire - angle Jean-Pierre Timbaud, autour du ballon de notre organisation.
Exigeons le retrait de ces lois dévastatrices et organisons la riposte sur la base de nos revendications !
L'attaque est grave, la riposte doit être à la hauteur ! Il ne suffit pas de demander, il faut obtenir !

Communiqué de presse USI

 

Publié le vendredi 2 octobre 2015

Un message plein d'espoir ??

vendredi 2 octobre 2015

Le Philippe Martinez d'adecco – et non celui de la CGT – livre un message plein d'espoir pour la société dans sa dernière communication. La présentation de la nouvelle cartographie d'Adecco– qui change tous les 2 à 3 ans environ – donne l'occasion à Monsieur Martinez de tenter de re-motiver les troupes. Nous avons donc reçu pour la rentrée, le topo. La petite introduction de sa reprise en main de l'IDF qui avait perdu de son leadership - ne sera pas pour plaire à tout le monde - mais c'est dit.
Il semblerait cependant avoir entendu certaines réclamations qu'en tant qu'élus nous avons pu remonter du terrain : mettre les moyens et ressources suffisantes pour se développer ? A voir si les actes suivront réellement le discours... Et d'un autre côté malgré les distorsions avérées, il re- précise le rôle de chacun en assurant la pérennité de la segmentation...Un vrai businessman qui valorise ses équipes en évoquant la « haute-couture », quel contraste avec, par exemple « l'arrière boutique » dont on se souvient encore.

Mais les beaux/bons gestes accompagneront-ils les belles paroles ?

 


A noter aussi, pour les lecteurs de Alive, une certaine indécence de ce Monsieur - qui vient quelque peu irriter certains salariés - qui ne cache pas se ressourcer « dans sa petite maison en bois sur la plage de Pekutatan à Bali...et bien tant mieux pour lui mais pour les salariés lambdas, c'est plus souvent une cabane au fond du jardin...

Publié le vendredi 2 octobre 2015

Attention ON SITE pas si indépendant que ça...

mercredi 30 septembre 2015

Certains de nos élus CGT Adecco, ont appris, un peu par hasard – comme souvent – que les structures ON SITE, étaient toujours rattachées à leur agence d'origine par le n° de siret...ON Site relève pourtant bien d'une DO qui lui est spécifiquement dédié...Surprenant ?! La réponse fut bien évidemment portée en instance – DP - pour avoir une réponse officielle et écrite de la direction. Elle fut répondue à moitié en séance (car bien que les questions soient posées par avance, la direction ne dispose pas souvent du temps nécessaire pour se renseigner et y répondre...) Nous pensions que peut être il s'agissait d'un oubli ? d'une erreur ? et si non, connaître la raison et les conséquences, (type taux Accident du Travail...) l'impact sur l'agence concernée...
Sur déjà un cas précis, nous savons que ce n'est pas une erreur mais une volonté d'adecco dans son organisation. Pourquoi ? Car l'agence qui lui est rattaché est celle qui a contribué au développement de ON SITE (ici cas d'un implant devenu ON SITE). Du fait, le taux AT de l'agence hébergée, vient impacter celui de l'agence ??? Bien souvent, on sait que les AT peuvent être plus nombreux et graves sur un implant du fait de la taille et des effectifs de l'entreprise....l'agence qui lui est rattachée n'en n'a d'ailleurs pas forcément connaissance et quand bien même n'a aucun moyen d'action pour prévenir les accidents...Elle récolte en fait le mauvais côté de la chose....Oui mais alors là, l'argument de la direction est que la masse salariale importée de ON SITE compense !!
Alors là, on ne comprend pas bien. Il nous faut des chiffres pour voir si la balance est équilibrée. L'argument de basculer un implant en ON SITE et que généralement il y a du volume chez le client mais une marge peu suffisante pour rester en agence...L'intérêt la dedans, il est pour qui encore une fois ??? La CGT adecco se pose la légitime question !
La question sera portée plus haut, en CCE et nous espérons pouvoir vous en communiquer la réponse....en tout cas, vous aurez la suite ! Alors à suivre

Publié le mercredi 30 septembre 2015

Temps trajet domicile-travail

mercredi 30 septembre 2015

Bientôt le temps de trajet domicile-travail pris en compte ??

L. 3121-4 du Code du travail prévoit que le temps de déplacement professionnel pour se rendre sur le lieu d'exécution du contrat de travail n'est pas un temps de travail effectif.
Dès lors, ce temps n'a pas à être rémunéré ni pris en compte dans le calcul des durées légales ou dans le calcul des majorations pour heures supplémentaires.
Toutefois, s'il dépasse le temps normal de trajet entre le domicile et le lieu habituel de travail, il fait l'objet d'une contrepartie soit sous forme de repos, soit financière. Cette contrepartie est déterminée par convention ou accord collectif de travail ou, à défaut, par décision unilatérale de l'employeur prise après consultation du comité d'entreprise ou des délégués du personnel, s'il en existe.

La Loi française ne distingue pas entre les salariés sédentaires et les salariés itinérants, qui n'ont pas de lieu habituel de travail.
Pour ces derniers, la Cour de cassation demandait aux juges du fond d'apprécier si leur temps de trajet pour se rendre de leur domicile à leurs lieux de travail dépassait le temps normal de trajet d'un travailleur pour se rendre de son domicile à son lieu habituel de travail.

La décision du 10 septembre 2015 de la Cour de Justice de l'Union européenne (CJUE) vient révolutionner ces règles.
Pour la CJUE, les temps de déplacements que les salariés itinérants effectuent en début et en fin de journée entre leur domicile et le premier ou le dernier client doivent être considérés comme du travail effectif.
Cette décision va faire beaucoup de bruit !
Elle souffle un vent de révolution sur notre droit national en posant le principe inverse de celui de l'article L. 3121-4 du Code du travail !
Pour la Loi française : temps de déplacement domicile/lieu de travail du salarié itinéraire = pas de travail effectif sauf temps inhabituel
Pour la CJUE : temps de déplacement domicile/lieu de travail du salarié itinéraire = temps de travail effectif
La France devra mettre sa législation en conformité avec cette décision de la CJUE plus favorable que les dispositions de l'article L. 3121-4 du Code du travail et la jurisprudence nationale.
D'ores et déjà, les salariés itinérants peuvent saisir les prud'hommes de demandes de rappels de salaires en invoquant cette décision de la CJUE.
Si cette décision est une avancée importante pour les droits des salariés itinérants, elle va peser très lourdement sur l'économie des entreprises.
Et ce d'autant plus qu'elle va réouvrir le débat pour les salariés sédentaires :
Si le temps de trajet domicile/lieu de travail des salariés itinérants doit être considéré comme du temps de travail effectif, pourquoi les salariés sédentaires ne devraient-ils pas bénéficier du même droit ?

Publié le mercredi 30 septembre 2015

Satisfaction !...?

jeudi 24 septembre 2015

Une enquête satisfaction pour les clients et intérimaires ??

Après avoir sondé ses salariés avec le Great Place To Work et ses résultats plutôt médiocres, Adecco sonde ses clients et intérimaires. Une nouvelle veste ?? Besoin de redorer son blason ?


Récemment, un magazine annonçait de meilleurs chiffres pour notre concurrent randstad...alors que va donner cette enquête interne adecco ??? Tous les clients, (x150 000) et intérimaires (x300 000) vont recevoir le questionnaire. Au vu du taux de participation de l'année dernière (moins de 10%), on peut déjà se poser la question de l'intérêt qu'ils portent à Adecco et craindre de nouveau des mécontentements...Donc quantitativement c'est généralement pas trop ça. Et qualitativement ? Les précédents résultats ne semblaient pas non plus très satisfaisants. La nouvelle direction est ambitieuse et mise sur de meilleurs résultats. Espérons qu'ils soient au rendez-vous sinon, il y aura probablement de nouvelles dispositions, mesures, procédures envers les permanents...Mais malheureusement, les salariés n'ont pas la main sur tout : segmentation, prix, déficience informatique et autres...La CGT sera là pour l'évoquer au cours des réunions et toujours défendre les salariés, trop souvent les premiers à trinquer !

Publié le jeudi 24 septembre 2015

Travailler avant 10 heures...

jeudi 24 septembre 2015

Travailler avant 10h du matin, une torture ?
Récemment, un neuroscientifique britannique Paul Kelley, de l'université d'Oxford a rendu son rapport qui prouve que commencer le travail ou les cours, en suivant les horaires traditionnels, à 9h, aurait des conséquences nuisibles sur la santé. Pour lui, commencer la journée à 10h pourrait aider les adultes et adolescents à obtenir de meilleurs résultats et aurait un impact positif sur l'humeur, la santé mentale et les performances. « la privation du sommeil est une torture. Nous vivons dans une société en manque de sommeil ». Il serait judicieux que les partons d'adecco entendent cette version. L'actualité d'adecco semble en effet en parfaite contradiction : travail de nuit ponctuel qui viendrait dérégler notre horloge biologique pour quelques euros seulement de plus, est-ce que ça vaut le coup ??? L'astreinte, qui dans le même genre, lie le salarié mentalement à son entreprise même dans sa vie personnelle, il a l'épée au dessus de la tête et ne peut rien entreprendre car peut être appelé à tout moment de la journée et de la nuit ?? Sans compter les horaires à rallonge, dès le matin tôt ou tard le soir qui n'arrangeront pas non plus les choses. Ces mesures relèvent pour l'instant du volontariat alors posez-vous les bonnes questions : est-ce que ça vaut le coup de sacrifier encore un peu plus de vie personnelle pour Adecco ?? De notre côté, en tant qu'élus, nous ne pouvons cautionner de telles nouvelles dispositions. Il s'agit d'une stratégie pour devancer la concurrence, mais la stratégie n'est sûrement pas le bonne...Elle va une fois de plus à l'encontre des attentes des salariés. La direction aurait-elle du mal à déchiffrer le GPTW ??? Manque de rémunération, de reconnaissance, entreprise où il ne fait pas bon vivre ?? Cela ne semble pourtant pas bien compliqué à comprendre...Ah mais c'est vrai, il y a les ambassadeurs pour cela !

Publié le jeudi 24 septembre 2015

Prime fidélite - la suite

jeudi 24 septembre 2015

Après le jubilé, la fidélité ! Les salariés en seront-ils plus fidèles pour autant ???

Nous vous l'avons annoncé, ça y est elle sera effective en janvier 2016. Vous êtes assez nombreux à nous solliciter pour vous aider dans le calcul de ce à quoi vous pourrez prétendre...surtout sur les 3 prochaines années, le temps de la transition. Nous sommes aussi là pour ça. 

Généralement, pour les salariés qui ont à percevoir une prime jubilé (ancien système) sur 2018, voire 2017, seront les grands perdants de ce principe.

Nous l'avions prédit, à première vue, on se dit c'est pas mal...oui mais...Pour preuve, nous vous livrons notre tableau comparatif qui parle de lui-même.

 

Si vous avez une question, besoin d'aide pour vos calculs, continuez à nous solliciter !

 

Publié le jeudi 24 septembre 2015

Qui veut se débarrasser de son chien...

mercredi 23 septembre 2015

Qui veut se débarrasser de son chien, l'accuse de la rage...
La méfiance reste de mise chez Adecco. Nous avons pu connaître, en tant qu'élus, sollicité par les salariés sur le fil, des cas où cette situation prend tout son sens...

N'attendez pas qu'il soit trop tard pour nous appeler. Nous pouvons intervenir mais avant que la machine ne soit en route.
Lors d'un entretien préalable à un licenciement, le salarié peut se faire assister par un représentant du personnel. Nous pouvons vous dire que nous sommes très régulièrement, trop souvent sollicités...mais bien souvent la veille du dit entretien ou dans tous les cas trop tard...Lorsque la machine est en route, difficile de l'arrêter. Nous avons encore pu nous en rendre compte dernièrement. Nous vous mettons donc en garde, si vous sentez le vent tourner, n'attendez pas que le piège se referme.
Dans les agences, on sait tous que tout ne peut être carré, d'ailleurs la hiérarchie ferme souvent les yeux...Qui n'a pas dans son agence des intérimaires depuis plus de 18 mois ??? Ne serait-ce pas le rôle d'adecco de rappeler la loi, qui, pour l'instant n'autorise que 18 mois de contrat maxi ??? ...alors qu'adecco a des intérimaires depuis des années dans la même entreprise, au même poste !! Combien ose le dire aux clients ? Pas grand monde de peur de perdre le client et le business.
Les extractions faites par les DO ou DZ font bien ressortir des anomalies. Exemple quelle agence à ZERO DPAE de retard ??? Quelle agence à tous ses intérimaires couverts par une visite médicale en cours de validité ? Ou encore, quelle agence pourvoit toutes ses commandes ??
Vous connaissez les réponses, nous aussi, la direction aussi. Quand tout va bien, elle ferme les yeux mais parfois, elle les ouvre pour une raison ou une autre, ça prend comme ça sans prévenir et ça peut tomber sur vous....Il est aisé de trouver des preuves, traces écrites (mails intérimaires, clients, venant d'eux-mêmes ou peut être même demandés par adecco...) et là, bien que vous n'êtes pas seul dans ce cas, mais ça tombe sur vous, vous êtes convoqué à un entretien préalable au licenciement...Parfois, sans en connaître les raisons, juste par la réception d'un courrier recommandé un jour sans en être prévenu.
Voilà qui nous amène à l'expression : quand on veut se débarrasser de son chien, on dit qu'il a la rage...Protégez-vous un maximum. Vous aussi tracez, consignez des écrits. La carte CGT Adecco et votre nom sur les prochaines listes électorales seraient aussi un moyen pour vous d'être protégé. Les procédures pour licencier un représentant du personnel sont beaucoup plus complexes et l'inspection du travail est forcément dans la boucle...Pensez-y maintenant !

 

La CGT Adecco, j'adhère

 

Publié le mercredi 23 septembre 2015

Tract CGT ADECCO

mercredi 23 septembre 2015

Publié le mercredi 23 septembre 2015

Alerte sécurité

jeudi 17 septembre 2015

Le service « GRAT » est débordé ?!

Le GRAT est le service d'adecco qui est en charge de vérifier les déclarations d'accident du travail des intérimaires. Les déclarations seraient mal renseignées, pas suffisamment détaillées, incomplètes...Mais la sensibilisation des salariés permanents est-elle à la hauteur de ce qu'elle devrait être ? N'est ce pas le retour de bâton ?
Dans de nombreuses réunions, à différents niveaux, l'accent ne serait-il pas mis sur le COMMERCE, COMMERCE ET COMMERCE ??? TAC TAC TAC...Les recrutements actuels se font sur quelle population ? Des commerciaux ! En agence combien de recruteurs deviennent chargés d'affaires ? Combien de salariés sont affectés à la sécurité sur tout le territoire français ?
La société Adecco est résolument tournée vers le commerce. La renommée ne suffit plus à décrocher le marché. Les entreprises voient aussi leur porte-monnaie avant tout et quand on peut trouver largement moins cher pour un service quasi égal... (et oui les temps changent, les intérimaires ne sont plus non plus fidèles à une seule enseigne, ils s'inscrivent partout et ils y trouvent aussi leur intérêt. Quelques exemples au passage : chez Manpower, les intérimaires ont des doudounes bien chaudes pour l'hiver, chez Randstad des avantages par le CE bien supérieurs à ceux d'adecco...La roue tourne. Il serait en effet temps de mettre les moyens sur la sécurité des intérimaires, leur bien être au travail, ça compte aussi. Ils sont là pour gagner leur vie, non pour subir ou pire perdre...La CGT lutte pour une meilleure répartition des budgets : des moyens pour sensibiliser, sécuriser les missions, contribuer au bien être des intérimaires, cela générerait moins d'accidents et le service GRAT en serait moins débordé !

Publié le jeudi 17 septembre 2015

Une augmentation grâce à l'accord de branche ?

jeudi 17 septembre 2015

« Le meilleur patron du monde réduit son salaire de 1 M$ à 70 000 $ pour augmenter celui de ses employés ». Ce titre à fait la une du monde entier. Si si ça existe et ça fait rêver. L'article est paru dans la presse courant avril. revoir l'article

 

Et bien c'est pas le nôtre qui ferait ça !! Chez Adecco on sait que le CICE rapporte 135 Millions d'euros (dont 1% seulement est glissé dans les EDG et perdu dans la masse, vu que la plupart des frais sont plus élevés qu'avant le CICE). On sait que la redevance de marque s'élève à un montant de l'ordre de 90 à 100 millions d'euros, que le profit est au rendez-vous ...
Et les salariés Adecco, dans tout cela, ils ont quoi comme augmentation ?? Combien de salariés ont bénéficié d'augmentation ? Quel est le montant moyen de l'augmentation individuelle ?
La classification tombe à point et a bon dos. La CGT vous l'avait bien dit mais malheureusement trop peu de dossiers de contestation sont arrivés à la CPPN-TT. Le courrier de réponse aux quelques dizaines qui ont osé se mouiller : écrivez directement à la direction adecco... Bien évidement, la direction ne reviendra pas sur sa méthode d'application de la convention. Et donc, discrètement, adecco en a profité pour supprimer les minimas de salaire pour se fixer ..sur ceux de la convention. C'est donc le minimum conventionnel comme l'expression le dit si bien !! Heureusement que les signataires de cette nouvelle convention ont prévu une augmentation au 1er juillet 2015 ! ça aussi, c'est à discrétion chez Adecco. Et bien la CGT vous livre les infos. Si vous y avez droit, ne vous emballez pas c'est de l'ordre de 10€ ou 11 € par mois, vérifiez votre fiche de paie et réclamez, si besoin contactez-nous !!!!

 

 

Publié le jeudi 17 septembre 2015

Assurance chômage, un avis du rapporteur public qui donne espoir

jeudi 17 septembre 2015

Suite au recours de la CGT devant le Conseil d'Etat demandant l'annulation de l'accord d'assurance chômage du 22 mars et de la convention du 14 mai 2014, une audience s'est tenue le 14 septembre 2015.
Si la requête de la CGT n'a pas été suivie concernant l'annulation de la convention pour déloyauté de la négociation, l'hésitation du rapporteur public laisse envisager que rien ne sera plus jamais comme avant.
Néanmoins, le rapporteur public propose au Conseil d'annuler la convention d'assurance chômage du 14 mai 2014 avec effet au 1er mars 2016. La principale raison repose sur le fait que le différé d'indemnisation spécifique ne serait pas conforme à l'obligation d'égalité de traitement.
Considérant que la Convention est indivisible et que le différé fait partie de l'équilibre de la convention, l'ensemble de la convention doit être annulé.

Concernant les indus, le rapporteur considère que la modalité de reprise d'indus n'est pas de la compétence des partenaires sociaux, au même titre que l'obligation déclarative, il propose donc l'annulation du dispositif avec effet rétroactif. La CGT se félicite des propos du rapporteur public tenus lors de l'audience. Bien entendu, il ne s'agit pas de la décision finale mais nous pouvons espérer que le conseil d'état suive l'avis du rapporteur public.
La lutte valait d'être menée, elle doit se poursuivre pour l'intérêt des salariés et des demandeurs d'emploi.
La CGT s'engage dans la future négociation assurance chômage, à porter les intérêts de tous les salariés privés d'emploi, en se basant sur le projet de sécurité sociale professionnelle.

Publié le jeudi 17 septembre 2015

La prime fidélité...

mardi 15 septembre 2015

Après la carte fidélité, la prime fidélité.
On se croit dans un magasin de fringues ? Non, on est chez Adecco. Face au turn over important, aussi bien sur la population des gestionnaires de compte, recruteurs et même directeurs d'agence, (oui c'est la fuite à divers étages), la direction adecco a du trouver un moyen de retenir son personnel...Et puis c'est bientôt les élections, s'ils peuvent limiter le vote...

La prime fidélité fait son effet : un powerpoint envoyé aux salariés avec des smileys, des +100 qui font croire aux salariés qu'il y a double prime. « Waouh + 350 + 100 = 450 € à 18 ans d'ancienneté !! et non malheureusement, en tant qu'élus qui commençons à bien connaître les méthodes, nous nous devons de démentir. Rien n'est encore officiel car le sujet est à l'ordre du jour du CCE du 16 septembre et pour le coup, avec la mention « CONFIDENTIEL ». Les élus vont devoir prendre position, mais quel que soit le vote, même s'il est défavorable : la décision étant unilatérale, le projet sera mis en place.

 


Nous vous proposons très bientôt notre tableau comparatif. Et quelques exemples à nous, qui révèlerons les pertes financières pour de nombreux salariés...la cgt n'est pas favorable à ce projet, comme la plupart des propositions de la direction d'ailleurs, qui n'avantage qu'elle. Ce serait un peu comme prendre à certains pour donner à d'autres, un peu comme le troc.
C'est l'occasion, une fois de plus pour vous de nous rejoindre pour faire entendre la voix des salariés, les salariés mécontents qui méritent mieux que ça ! Prenez votre carte CGT Adecco dès aujourd'hui.

Publié le mardi 15 septembre 2015

La mort du code du travail ?

mardi 15 septembre 2015

Et si la législation qui régit les relations entre les employés et les employeurs était le seul fait des syndicats et du patronat ? C'est la proposition, explosive, du dernier rapport de Terra Nova, un think tank* proche du Parti socialiste. (définition * Terra Nova est un think tank progressiste indépendant ayant pour but de produire et diffuser des solutions politiques innovantes, en France et en Europe.)
Voilà qui va faire grincer des dents, alors que le gouvernement lorgne plus sur des politiques de centre-droit que de gauche. Le think tank Terra Nova, proche du PS et dirigé par François Chérèque, l'ancien patron de la CFDT, estime qu'il faut laisser la loi de côté pour laisser le patronat et les syndicats gérer en direct le droit social.
Les représentants des salariés et des patrons, dans les branches et dans les entreprises, devraient avoir la possibilité de construire les règles qui régissent les relations dans l'entreprise, qu'il s'agisse du droit du travail ou de la protection sociale. L'objectif étant d'adapter le droit aux besoins de l'entreprise et « sécuriser » les patrons. Quitte à tailler dans les droits des salariés, car il n'y aurait aucune obligation de négocier : les employés les plus fragiles ne seraient alors pas couverts par un accord.
Les entreprises pourraient ainsi déroger largement au Code du travail en l'adaptant comme elles l'entendent, via un accord collectif évidemment. Elles n'auraient comme obligation que le respect du droit international et aux principes fondamentaux du droit. Pour le reste, les partenaires sociaux seraient donc libres de disposer du Code du travail.
Et dans ce domaine, l'imagination est au pouvoir : réduction possible des indemnités de licenciement sous le minimum légal, dérogation au Smic, ... Le think tank entend également laisser à des experts le soin de fixer le niveau du salaire minimum. Voilà où l'on va....droit dans le mur. La CGT lutte toujours pour préserver le code du travail. Joignez-vous à nous pour le maintien de vos droits.

Publié le mardi 15 septembre 2015

Les intérimaires dans la précarité

vendredi 11 septembre 2015

Ne l'oublions pas un intérimaire reste un travailleur précaire.
Et rappelons-le, un « emploi précaire » désigne un emploi qui présente trop peu de garanties d'obtenir ou conserver dans un avenir proche un niveau de vie « acceptable », et qui engendre un profond sentiment d'incertitude sur l'avenir. Comment faire des projets quand on ne sait pas quel sera le revenu de demain ? Acheter une maison, une voiture ou même avoir un enfant, devient problématique lorsqu'on a une étiquette « PRECAIRE » qui colle à la peau...

Les contrats proposés par les agences sont malheureusement de plus en plus courts. Le nombre de contrats à la semaine, à la journée et même à l'heure n'a jamais été aussi conséquent. Le gouvernement tente de masquer les chiffres du chômage en facilitant le travail intérimaire mais ne soyons pas dupes, ça reste de la précarité et non de la pérennité...Heureusement, la CGT lutte depuis toujours pour les intérimaires et a pu ainsi obtenir des aides facilitant la vie de tous les jours.
Logement, santé, crédit, déplacements, garde d'enfants ou même vacances. Pensez au FASTT.

Publié le vendredi 11 septembre 2015

Nouveautés sociales à compter du 1er septembre

mercredi 9 septembre 2015

Du nouveau à compter du 1er septembre pour les stagiaires
Le montant minimal de la gratification versée aux stagiaires passe à 15 % du plafond horaire de la sécurité sociale (au lieu de 13,75 %) pour les conventions signées depuis le 1er septembre 2015, sauf dispositions conventionnelles plus favorables. Soit une gratification minimale horaire de 3,60 euros au lieu de 3,30 euros.
Pour avoir toutes les infos utiles

Du nouveau pour les saisies sur salaire
Il est possible de pratiquer une saisie ou cession sur la rémunération d'un salarié à condition de respecter certaines limites. Le montant limite de la saisie ou cession sur salaire est calculé en fonction d'un barème publié par décret en principe tous les ans. Il existe également une fraction absolument insaisissable ou incessible égale au montant du revenu de solidarité active (RSA) pour une personne seule. Ce montant était fixé, depuis le 1er janvier 2015, à 513,88 euros par mois. Il devrait augmenter de 2 % à compter du 1er septembre et passer, sous réserve de confirmation officielle par décret, à 524,16 euros.
Pour en savoir plus

Publié le mercredi 9 septembre 2015

Le pari de l'éléphant perdu...

mercredi 9 septembre 2015

Et pas que ça...


Pour les salariés adecco de la DO Nord IDF, l'éléphant, ça parle. Enfin, ils en ont entendu parlé, parce que le rapport avec l'éléphant, c'est quoi au juste ?? !
Pour les autres probablement pas. En tout cas le Nord, a encore souffert de la conjoncture, sûrement aussi de la segmentation et a bien peiné pour remonter les chiffres...Du coup le « pari de l'éléphant » = remonter les plannings intérimaires, c'est perdu ! Peut être une des raisons pour laquelle le directeur s'est vu retiré une partie de son territoire : ne pas avoir pu remonter la barre ? Ou alors le projet de réunir Nord et IDF était peut être trop ambitieux : ne pas pouvoir tout diriger correctement ? En tout cas, cette régression, cette perte de responsabilités doit être difficile à vivre... Perdre de sa superbe en plein élan, quel dommage...les compétences auraient-elles été à l'époque surévaluées ? Tant de questions en suspens. Mais il est vrai qu'il est fort difficile d'être partout à la fois, ça mène bien souvent à être nulle part...Nous verrons d'ici quelques temps la suite des événements...

 

Publié le mercredi 9 septembre 2015

La rentrée des challenges

mercredi 9 septembre 2015

Challenge en tout genre pour la reprise...mais les récompenses c'est pour qui ???

Probablement les DZ, les DA,...

Mais les salariés du middle office, sans qui l'argent ne rentrerait pas (facturation client) et sans qui les intérimaires ne seraient pas fidèles (fiche de paie correctes et dans les temps) et les recruteurs, qui passent un temps fou, à des rythmes effrénés à chercher et trouver le bon candidat pour satisfaire le client, avec le poids des responsabilités administratives sur les épaules...oubliés.
Ou peut être une bouteille de champagne ou mieux un paquet de bonbons ! Mais le DZ aura sûrement des bons cadeaux, un séjour au ski ou....
Les exemples ne manquent pas. Ne remuons pas le couteau dans les plaies. Même dans un challenge, les différences de traitement se font sentir. Lorsque la remarque est faite en réunion CE par un de vos élus CGT, la direction répond simplement, sans complexe qu'il est normal qu'il en soit ainsi...Et on comprend : la récompense est fonction du niveau de vie...on pourrait interpréter du genre « pff une bouteille de champagne pour un DZ, c'est rien du tout, il peut largement se la payer ». C'est vrai qu'avec le salaire d'un gestionnaire de compte ou un recruteur, ça devient difficile de boire du champagne ! Manque de finances et d'occasion...

Publié le mercredi 9 septembre 2015

Prime d'ancienneté...

mardi 8 septembre 2015

 

Publié le mardi 8 septembre 2015

IK vélo

vendredi 4 septembre 2015

CA Y EST : L'INDEMNITE KILOMETRIQUE VELO EN EST VIGUEUR

 


Nous l'avions évoqué l'été dernier, car c'était dans les tuyaux et à l'essai. Cette mesure est désormais étendue. Publication au journal officiel du 18 août 2015 de l'article L 3261-3-1 : la prise en charge par l'employeur de tout ou partie des frais engagés par ses salariés se déplaçant à vélo entre leur résidence habituelle et leur lieu de travail se fait sous la forme d'une indemnité kilométrique vélo, dont le montant sera fixé par décret à venir.
Les élus CGT porteront cette demande pour la prochaine réunion CCE et vous appprteront toutes informations utiles de cette application au sein de la société Adecco.                                                            En attendant, pour en savoir plus

Publié le vendredi 4 septembre 2015

Adecco politique...

jeudi 3 septembre 2015

Cela a du bon de cotoyer les politiques ?
On le sait Monsieur Dehaze a rencontré le ministre Rebsamen lors de la signature d'un CDI Intérimaire, il a été reçu à l'Elysée. Bref un Monsieur Dehaze, médiatique et politique. Cela semblerait porter ses fruits. On sait que le gouvernement, soit disant de gauche, a une oreille toute attentive auprès des patrons et du fait portent bon nombre de projets au profit des entreprises. Pour l'intérim, Monsieur Dehaze a su séduire...Des modifications apportées par la loi Rebsamen profitent aux agences de travail temporaire. On imagine Monsieur Dehaze exprimant ses difficultés à développer le CDI intérimaires malgré tous les efforts...Et bien l'intérimaire en CDI intérimaire peut désormais être en mission dans la même entreprise utilisatrice durant 36 mois et non plus 18 mois. C'est clair, ça sera plus facile « à vendre ». Mais derrière ça incite les entreprises utilisatrices à ne pas embaucher en CDI directement et poursuivre une certaine précarité... Désormais aussi, 2 renouvellements de mission sont possibles au lieu d'1 et il n'y a plus de délai de carence ! C'est la porte ouverte ...Mais est-ce profitable à tous ? Les agences à qui il a été argumenté de faire du CDI intérimaire ont-elles un vrai changement sur leur EDG ? Mais tout cela aidera à faire baisser les statistiques du nombres de chômeurs, certainement...Mascarade ??!!

Publié le jeudi 3 septembre 2015

Burn OUT, maladie professionnelle ?

mercredi 2 septembre 2015

BURN OUT, légère avancée vers la maladie professionnelle
L'Assemblée Nationale a définitivement adopté le projet de loi relatif au dialogue social et à l'emploi (dite loi REBSAMEN). Cette loi va faire l'objet d'un contrôle par le Conseil Constitutionnel puisque ce dernier a été saisi le 27 juillet 2015 par plus de soixante députés.
Pourtant, tout porte à croire que seront rajoutées à l'article L.461-1 du Code de la sécurité sociale les dispositions suivantes :

« Les pathologies psychiques peuvent être reconnues comme maladies d'origine professionnelle, dans les conditions prévues aux quatrième et avant-dernier alinéas du présent article. Les modalités spécifiques de traitement de ces dossiers sont fixées par voie réglementaire. »

Malgré l'opposition du Sénat, l'Assemblée Nationale a donc réitéré sa volonté de reconnaitre les maladies psychiques comme maladies pouvant avoir une origine professionnelle.


Malgré ce, la loi sur le dialogue social comprendra "un début de reconnaissance" du "burn-out" mais ce syndrome d'épuisement professionnel ne figurera pas "au tableau des maladies professionnelles", a précisé sur Europe 1, le ministre du travail, François Rebsamen.

Des "commissions régionales pourront, quand il y a des cas très précis, y répondre", a-t-il ajouté.

La reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle ne sera donc "pas systématique". "On ne peut pas faire, j'allais dire, comme si cela était uniquement dû au travail. Des fois c'est dû au travail, des fois il y a des causes personnelles", a-t-il justifié.

Le Ministre du travail, Monsieur François REBSAMEN, en faisait état lors des débats parlementaires du 23 juillet :

« L'introduction dans la loi d'une forme de reconnaissance du syndrome d'épuisement professionnel, ou burn-out, marque aussi un progrès important dans la prise en compte de ce véritable phénomène de nos sociétés modernes. Là encore, le projet de loi rejoindra les préoccupations concrètes de beaucoup de salariés, mais il faudra d'abord renforcer la prévention et réfléchir à des questions importantes en matière d'organisation du travail. »

Le travail n'est donc pas fini, il reste désormais à fixer les modalités permettant la reconnaissance d'une telle maladie professionnelle par le comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP).

Si c'est une avancée pour les salariés, il n'en reste pas moins que les modalités de traitement des dossiers devront être :
- claires
- précises
- et adaptées à la réalité

En effet, les dossiers de demande de reconnaissance d'une maladie psychique sont véritablement complexes et hétérogènes. Une véritable enquête contradictoire sera de mise.
La principale difficulté réside dans l'appréciation objective des souffrances du salarié.


Comment mesurer son mal-être, sa souffrance et son épuisement au travail ?

Toutes pièces médicales notamment certificats de médecin, médecin spécialisé, médecin du travail, psychologue, et attestant de cet épuisement seront indispensables outre toute autre pièces, de préférence écrites, pouvant prouver le burnout.

Malgré une démarche qui ne sera pas simple pour les salariés en état d'épuisement professionnel communément appelé « burnout », ces derniers pourront donc dorénavant faire reconnaître leurs maladies psychiques en maladies professionnelles.

L'épuisement professionnel qui est une réalité objective dans le monde professionnel d'aujourd'hui, commence timidement à être reconnu.

Même si l'on peut évidemment considérer ces dispositions comme une « avancée », il n'en reste pas moins que contraindre un salarié, cadre ou non cadre, déjà en état de dépression, souvent sévère, à saisir le comité aux fins de reconnaissance de son burn out en maladie professionnelle est objectivement et concrètement peu protecteur pour le salarié déjà épuisé à l'avance à l'idée du parcours d'obstacles qui l'attend.

Les souffrances des salariés, cadres d'entreprises privées, entendues dans nos cabinets, témoignent de la réalité dont le ministre REBSAMEN semble fort éloigné.

La cause du burn out est, dans la quasi-totalité des cas exclusivement professionnelle ce qui aurait dû conduire à faire figurer l'épuisement professionnel dans le tableau des maladies professionnelles.

Manque de courage politique ou détachement des réalités de l'entreprise privée ?

A voir, nos différents articles dans la rubrique CHSCT sur le sujet...

Publié le mercredi 2 septembre 2015

La rentrée des nouveautés...

mercredi 2 septembre 2015

La rentrée c'est aussi l'occasion de découvrir tout ce que nos chers politiques nous ont pondu durant nos vacances !! La loi Macron, en quelques points...
De manière générale et la CGT la dénonce, ces nouvelles règles facilitent bien des choses pour les entreprises, on le voit encore lorsqu'il s'agit de se séparer des salariés...                                   - Actuellement, en cas de licenciement économique, l'employeur est tenu à une obligation préalable de reclassement dans l'entreprise ou dans les entreprises du groupe auquel l'entreprise appartient (sous entendu à l'étranger).                                                                                       >  Avec Macron et son article 290, restriction : le reclassement reste uniquement sur le territoire national.                                                                                                                         - En cas de licenciement avec PSE (Plan de Sauvegarde de l'Emploi), en l'absence d'accord collectif sur la procédure, c'est la DIRECCTE (Inspection du travail) qui homologue le document, selon les moyens dont disposent l'entreprise.                                                                                      >  Avec Macron et son article 291, la DIRECCTE homologue sans être obligé de tenir comptes des moyens de l'entreprise pour celles qui sont en RJ ou LJ.                                    Pour plus de détails...

 

La Justice prud'homale est elle aussi réformée. Elle l'était déjà depuis l'ANI, mais cela se poursuit avec Macron...
Le bureau de conciliation deviendrait le bureau de conciliation ET D'ORIENTATION. (BCO)
Cela signifie que si le dossier porte sur un licenciement, les parties pourraient être renvoyées sur un bureau de jugement restreint de moitié, 1 salarié et 1 employeur avec un délai de 3 mois.
Le BCO pourrait aussi renvoyer l'affaire directement devant le juge répartiteur au lieu du jugement.
Tout cela ne serait-ce pas pour décourager les salariés à porter réclamation ??
Avec son article 258, Macron fixe un référentiel indicatif pour fixer le montant de l'indemnisation du salarié en fonction de son ancienneté, son âge et sa situation.

Pour plus de détails...

 

LOI MACRON DECODEE PAR LA CGT

Publié le mercredi 2 septembre 2015

se syndiquer à la CGT

mercredi 2 septembre 2015

Voici quelques exemples de syndiqués CGT. Pourquoi pas vous ? Les élections professionnelles approchent, prévues pour début 2016, vous pouvez nous rejoindre pour faire grossir nos listes comme représentants du personnel (DP, CE).

Une mission enrichissante pour trouver un second souffle et enfin retrouver un épanouissement professionnel, cette fois celle de la défense des salariés et de nos droits. Préservez-vous, adhérez à la CGT Adecco !

 

 

Publié le mercredi 2 septembre 2015

A découvrir...

les perles de vos représentants du personnel...

Notre Newsletter



Permanence CGT

 

Une question à poser ?
Contactez vos élus CGT

par téléphone

 

Du lundi au vendredi 9h - 17h

 

Benjamin au 07 64 49 80 23 

 


 

Photothèque

Suivez-nous...