Anxiété, dépression, suicide...

mercredi 16 septembre 2015

Face à des objectifs de plus en plus difficiles à tenir, dans un environnement mouvant, aucun salarié n'est aujourd'hui à l'abri du stress au travail. Une souffrance psychologique qui devient parfois insupportable. Quelques alertes et conseils pour sortir de la spirale infernale.

 

Pression psychologique insidieuse, sentiment de subir sans pouvoir agir, détérioration des relations au travail : bienvenue au royaume du stress. Le stress devient problématique lorsque les contraintes du travail deviennent insupportables pour l'individu.
Et le phénomène augmente s'il a le sentiment de ne rien contrôler : par exemple lorsqu'un salarié n'est pas impliqué dans les modalités de changement d'organisation, qu'il est dessaisi de sa capacité de décision ou n'est pas certain de trouver les ressources internes pour épauler sa demande.
« Je me demande comment je vais pouvoir atteindre mes résultats. J'ai toujours une épée de Damoclès au dessus de ma tête »
Crainte de ne plus arriver à affronter une surcharge de travail, d'être dépassé par les exigences de l'entreprise et par ses réorganisations constantes : le stress s'installe souvent de manière insidieuse. Rien d'inquiétant tant que le phénomène reste ponctuel. En revanche, l'endurer continuellement n'est pas sans risque sur la santé. Quand on est constamment exposé au stress, il n'y a plus de régulation. On s'épuise car l'organisme est toujours en surrégime : le corps fabrique en permanence des hormones apportant du sucre et l'oxygène dans le sang, qui stimulent le rythme cardiaque et l'énergie. D'où des troubles du sommeil, de la concentration et des palpitations cardiaques qui peuvent apparaître en quelques semaines. Maux de dos, troubles musculo-squelletiques, mais aussi comportement irritable, démotivation, voir dépression... sont les signaux d'alerte les plus constatés par les spécialistes.


Le risque psychologique le moins identifiable, c'est le degré de frustration. La non reconnaissance des efforts fournis face à une surcharge de travail alimente le stress, le salarié ne tirant aucun bénéfice de son investissement.
Isolement, manque d'écoute du management sont des facteurs aggravant la situation : la parole est aussi un régulateur de la souffrance. Pouvoir parler de ses problèmes professionnels permet d'envisager de trouver des solutions. Or, faute de temps, les réunions d'équipes ne servent plus aujourd'hui qu'à faire passer des contraintes.

 

Anxiété, surmenage, dépression...Au stade le plus aigu, la pression du travail peut virer au drame, comme l'a révélé la vague tragique de suicides de salariés qui a frappé cette année Renault ou PSA...
Le cocktail explosif ? C'est lorsque les contraintes du travail apparaissent insurmontables, non reconnues par la hiérarchie et que la personne traverse une période de sa vie personnelle difficile.
Personne n'est égal devant le stress, tout est aussi question de tempérament, d'âge, et d'équilibre de vie personnelle. Mais le problème, c'est que lorsqu'on craque, cela ne prévient pas
« Ca a commencé en vacances, alors que je me baignais. J'ai eu l'horrible impression que j'allais me noyer, alors que je suis bon nageur. Après, ça s'est répercuté dans ma vie quotidienne : je ne pouvais plus prendre ma voiture sans m'imaginer que j'allais avoir un accident mortel. Au bureau, j'animais des réunions en ayant l'impression que j'allais devoir sortir en catastrophe tellement l'angoisse était forte. C'était très pénible ».
Si le stress ou le malaise grandit, il faut prendre le taureau par les cornes. Ne pas hésiter à consulter un médecin ou un psychiatre. Les femmes sont souvent plus stressées par leur travail que les hommes, mais elles consultent aussi plus facilement.
Suivre des stages en développement personnel ou en gestion du stress peuvent apporter un plus, même s'ils restent très théoriques. On apprend à identifier certains travers comportementaux, comme le fait de ne pas savoir dire non dans son travail, et certaines techniques de relaxation recourant à des images positives et apaisantes pour apaiser les situations stressantes. Cela peut être une méthode assez efficace.
Autre option : soigner son corps et son esprit. Cours de relaxation, sophrologie, thérapie comportementales ou cognitives, activité physique peuvent aider à retrouver plus de sérénité au travail. Un exutoire physique, pour panser les plaies du travail qui font mal.


Ou une autre façon de s'épanouir chez Adecco, rejoindre la CGT, et militer pour de meilleures conditions de travail !!

 

lien très utile vers diverses situations et conseils pour y faire face...

Le syndicat CGT Adecco recommande la lecture de cet ouvrage!

couv versoINTERIM, l’esclavage moderne ?

391 pages. Format : 14,8x21 cm

Comment acquérir ce livre :

   -   Chez votre libraire, en indiquant le numéro ISBN : 9782951223936

   -   Auprès des Editions d’Anglon 735, route de Jarcieu. 26210 Lapeyrouse. Prix 18 €. Port gratuit.

 

 

A découvrir...

les perles de vos représentants du personnel...

Notre Newsletter



Joomla Extensions powered by Joobi

Permanence CGT

 

Une question à poser ?
Contactez vos élus CGT

par téléphone

 

Du lundi au vendredi 9h - 17h

 

Benjamin au 07 64 49 80 23 

 


 

Photothèque

Suivez-nous...